PROLOGUE


Ce soir de 1935, comme tous les soirs, Antonin, le fils de la maison et Mauricette, son épouse, étaient les derniers à se coucher. L'hôtel-restaurant "Aux Vignobles de France" était calme. Antonin mit le nez à la fenêtre de leur chambre mansardée et ne fut pas peu étonné du spectacle que la rue lui offrait

Citroën Traction 7A - 1934
Un drôle de bonhomme se tenait debout devant une Citroën 7A tandis qu'un autre, assis sur le banc semblait lire son journal à la lumière des réverbères.

- Ben ça, dit Antonin, z'ont une drôle de touche ces deux lascars !
 
Mauricette s'avança à son tour tandis qu'Antonin allait vers le fond de la chambre.
- Ben oui, dit-elle, que font-ils devant cette Hispano ?
 
Antonin la remplaça à la fenêtre /td>
Hispano Suiza H6C - 1934
Citroën Traction 22 - 1934 - Hispano ! T'en vois partout toi des Hispanos... c'est une Citroën pardi ! Mais j'aurais juré qu'elle était pas tout à fait comme ça, j'ai dû mal voir.
 Mauricette un peu vexée regarda à nouveau dehors
- Tiens, oui, tu as raison. C'est bien une Citroën... décapotable, finit elle en un murmure qu'Antonin n'entendit pas.
- Puisque j'te l'dis, allez viens te coucher que demain ya cirque !
Citroën Cabriolet 22
Peugeot Eclair
Ils éteignirent la lumière et eurent tôt fait de s'endormir. Le lendemain matin, alors qu'Antonin aidait Fernand, son père, à mettre en bouteille,dans la cave, le vin qu'ils serviraient aux clients du midi, il lui raconta la scène.
 
- C'est drôle, dit Fernand, ça me rapelle... j'devais avoir 17 ans, par là. Par la même fenêtre, qu'était ma chambre dans c'temps, j'ai vu à peu près la même chose. Mais c'était une espèce de drôle de voiture, tu sais, les premières qu'ont eu des pneumatiques... Ah ! Yavait pas tous ces modèles à l'époque.
 
Oui ! Que pouvaient bien faire ces deux hommes ? Et ces voitures changeantes ?? Mystère...

Revenir au chapitre précédent
Retourner au sommaire
Aller au chapitre suivant